24 mars 2017

Dans le cadre de la course à la présidence, le sujet de la dispensation à l’unité est de retour. Faut-il délivrer le nombre exact de médicament dont le patient a besoin ? Découvrons les 1ers résultats d’une expérimentation, menée entre 2014 et 2015, dans une centaine de pharmacies et sur certains médicaments, encadrée par les Agences Régionales de Santé (ARS) et l’ordre des pharmaciens. Ainsi, la pratique a été plutôt bien acceptée par les patients. Seulement 19 % d’entre eux ont refusé de se voir délivrer les médicaments à l’unité au cours de l’expérimentation et dans six cas sur dix, le conditionnement n’était pas adapté à la prescription, ce qui a occasionné une dispensation à l’unité. Et surtout, il y a eu 2 fois moins d’inobservants, c’est-à-dire de patients qui n’ont pas pris leur traitement correctement et jusqu’à la fin. Au terme de leur traitement délivré à l’unité, les patients étaient moins nombreux que les autres à déclarer vouloir utiliser ultérieurement les antibiotiques en automédication.  Des résultats donc plutôt encourageants. Cependant, il ne faut pas oublier que la délivrance à l’unité pourra affectée la traçabilité du médicament et le nombre d’erreur liée à la découpe artisanale pourrait augmentée. A voir sur le long terme…

Catégories : Activité de l'officine, En brefPar Publié le : 24 mars 20171.2 min de lecture

Partagez cet article

Laisser un commentaire