Le marché de la transaction en 2019

Le marché de la transaction en 2019

Les disparités pharmaceutiques se creusent selon la taille et l’emplacement géographique des officines avec le nouveau repli des prix des très petites officines et la légère progression des très grandes pharmacies : les moyennes n’ont donc plus de signification. 27 points séparent les officines réalisant moins de 1,2 millions d’euros de CA de celles réalisant plus de 2,4 millions de CA (contre 24 points l’année précédente). Néanmoins, le marché des transactions d’officines a trouvé son équilibre : 76% du CA HT. Un chiffre observé en 2015 et reconduit depuis 4 ans.

Le prix des officines s’est également stabilisé ces 5 dernières années : le marché a trouvé sa valeur économique avec la démographie des titulaires et la diminution des cessions. En fonction de la taille de l’officine, le ratio EBE diffère. Le prix économique moyen des officines est de 6,2*EBE. En dessous de 1,2 millions d’euros de chiffre d’affaires, on observe un décrochage : la logique de risque est très forte. L’attractivité de ces dernières est en déclin selon les acquéreurs, les prix de vente sont donc bien en dessous de la moyenne du marché : les prix descendent de l’ordre de 30% du chiffre d’affaires. Au contraire, les grandes officines bénéficient de primes à l’achat : les prix de vente dépassent 90% du chiffre d’affaires HT, voir 100% dans certains cas.

Le CA des pharmacies inscrites à l’Ordre, a progressé de 2% en 2019 avec une augmentation de la marge brute globale en valeur et un EBE stable.

En 2019, on observe une baisse du nombre de cessions par rapport à la démographie des titulaires pour la première fois depuis 2015 (ces 36 dernières années, il avait augmenté de 18%). Le marché est en baisse de 7% par rapport à 2018. Les ventes parts augmentent encore, 1% en 2019, mais elles ne compensent pas le recul des cessions de fond. Les mutations totales sont en baisse de 4%.

Le taux de mutation est d’environ de 7% : on observe une disparité géographique sauf en Normandie et dans la zone PACA. Le marché est fluide si l’on exclut la zone de l’est.

Le nombre de départ à la retraite en 2019 a battu un nouveau record : 1670 départs. Les primo-accédants reprendront ces pharmacies : 1 transaction sur 2 est réalisée par un primo-accédant. Lors des premières installations, l’aspect géographique est important mais également le capital : les primo-accédants sont limités au niveau de ce dernier. Les titulaires vendeurs ne doivent pas perdre de vue qui sont leurs acquéreurs et quelles sont leurs limites : la logique de risque est différente.

ÉTUDE INTERFIMO

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *