Financer votre projet : l’apport, les banques et les groupements !

Le choix de l’officine est arrêté mais une étape décisive reste à franchir : le financement. Un dossier solide et une motivation à tout épreuve sont des atouts précieux pour réussir à concrétiser votre projet. En plus de l’apport à constituer, c’est le moment de consulter les banques pour bénéficier des taux bas pratiqués actuellement. Mais pas seulement, dorénavant, les groupements peuvent aussi vous accompagner dans votre financement.

 

L’apport, le point qui fait peur

L’apport est la part de disponibilité dont l’emprunteur dispose et qu’il va utiliser pour son projet. Généralement, il doit pouvoir financer tous les coûts annexes à l’acquisition du fonds :

  • Les frais d’actes : honoraires du cabinet de transaction, honoraires du rédacteur d’actes et les droits d’enregistrement
  • Le besoin en fonds de roulement
  • Les travaux éventuels

L’apport personnel peut être complété par un apport extérieur :

  • Donation ou prêt familial
  • Prêt entre conjoint
  • Prêt d’un interlocuteur extérieur (pas forcément un pharmacien)
  • Investissement par un pharmacien inscrit obligatoirement au tableau A. Dans ce processus, le pharmacien investisseur bénéficiera de parts sociales de l’officine.

Le montant de l’apport nécessaire pourra dépendre de plusieurs critères :

  • La capacité d’autofinancement (CAF) – elle représente l’argent généré par l’activité que l’on peut ensuite utiliser pour :
    • investir dans le développement
    • utiliser pour rembourser un prêt
    • utiliser pour verser des dividendes aux actionnaires sans ponctionner les résultats passés

Comptablement, il s’agit de la somme du bénéfice net comptable avec les charges non décaissées.

  • L’évaluation du risque par le banquier
  • Le prix d’achat

Aujourd’hui, l’apport pourra se situer entre 15 et 25 % de la valeur de l’investissement mais pourra aussi dépendre du profil de l’officine.

Crise oblige, les conditions de financement d’un achat de pharmacie ont beaucoup changés ces dernières années et ont notamment vu les taux d’apport augmenté. Cependant, elle ne doit pas amener les jeunes pharmaciens à focaliser sur leur apport financier mais sur l’officine elle-même ! C’est là qu’il ne faut pas faire d’erreur.

Est-il compliqué sans apport de concrétiser son financement auprès d’une banque ? La situation pour le futur titulaire se compliquera car, sans apport, le banquier considèrera qu’il n’a pas bien préparé son projet et n’est donc peut être pas armé pour le mener à bien. Quelle solution ? se faire accompagner par un parrain professionnel. En effet, si un adjoint souhaite acquérir sa propre officine, il peut échanger avec son titulaire et envisager avec lui les perspectives d’évolution au sein de la pharmacie dans laquelle il travaille. Petit à petit, l’adjoint pourra monter en compétences et la transmission se fera naturellement dans le temps.

Prêt bancaire, l’étape obligée

La demande officielle de financement aux banques intervient une fois que le compromis est signé entre le vendeur et l’acheteur, et que ces derniers se sont mis d’accord sur le prix de cession. Cependant, rien ne vous empêche de consulter les banques pour avoir leur avis sur votre dossier et leurs conditions d’accompagnement. Cette 1ère étape pourra vous permettre de gagner du temps et d’identifier la ou les banques avec lesquelles vous pourrez débuter vos négociations de prêt.

Les banques exigent des dossiers de plus en plus complets, avec des analyses comptables, financières et juridiques approfondies. Mais pas seulement, elles souhaitent voir en vous des qualités d’entrepreneur et de bon gestionnaire. Pensez donc à vendre votre projet mais à vous vendre vous aussi !

Toutes les banques sont susceptibles de soutenir un projet d’acquisition d’officine mais certaines ont développé des compétences spécifiques aux pharmacies. Toute l’équipe de PHAR EXCEL est à votre disposition pour vous accompagner dans ces démarches et identifier avec vous les banques vers lesquelles vous diriger pour financer votre projet d’acquisition.

 

Les groupements, un soutien financier

 

Aujourd’hui, les groupements proposent des services permettant au futur acquéreur un accompagnement avant, pendant et après l’installation. Des offres de prêt négociées avec les banques à des conditions privilégiées, en mettant en place des prêts participatifs ou d’autres dispositifs de financement qui s’appuie sur des partenariats avec différentes banques et autres interlocuteurs de la transactions.

Bien évidemment, profiter de ces services incite le pharmacien à rejoindre le groupement et à y rester. Pour le groupement, cela représente donc une véritable opportunité de recruter et rajeunir son effectif. Pour le jeune diplômé, c’est l’opportunité de s’installer dans une officine qu’il n’aurait jamais pu convoiter ou acquérir seul. Offres de financement complémentaires à l’apport, exonération des cotisations, mise en relation des acheteurs et des vendeurs au sein d’un même groupement, aide financière sous forme d’obligations convertibles en actions, coaching du futur acquéreur… autant de solutions qui facilitent l’installation du pharmacien.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *