Un projet de redéploiement de votre activité : comment calibrer votre investissement ?

PHAREXCEL intervient depuis 20 ans sur la gestion de projets officinaux, dès l’origine du projet, afin d’aider à calibrer correctement l’investissement.
Fort de contacts récents avec des pharmaciens motivés mais un peu perdus quant au chemin à suivre, il nous a semblé intéressant à travers cet éclairage de repréciser la méthode qui est la nôtre et l’accompagnement que nous proposons.

La première rencontre avec un porteur de projet est toujours un rendez-vous très plaisant car on a en face de nous un professionnel qui communique toute sa passion et ses envies, en partageant sa vision d’organisation de l’espace, de lumière, son projet d’équipe…

Cette première étape est toujours clé pour comprendre la nature du projet, la posture qu’incarnera l’équipe ainsi que le/la pharmacien(ne) en face de nous. Cela aboutit généralement à préciser le positionnement de l’officine future.

Verbaliser son projet de pharmacie donne l’énergie de surmonter tous les obstacles : les formalités, les négociations éventuelles entre confrères/consoeurs quand nécessaire, la recherche de financement, et enfin la maîtrise d’oeuvre… Vous connaissez toutes ces étapes clés.

Il y en a une cependant qui semble plus floue pour nombres des pharmaciens que l’on rencontre : le dimensionnement du projet.

Quelle surface ? Sur quel lieu d’implantation ? Pour quel investissement ? Pour quel retour ? Est-ce que je peux y prétendre financièrement ?

Cette litanie de questions est parfois éludée complètement. Soit parce que le lieu et l’enveloppe d’investissement sont prédéfinis, soit parce que le porteur de projet ne comprend pas l’intérêt d’investir dans « l’intelligence » de son projet pour prendre les bonnes décisions.

J’entends ici par « intelligence de projet » une aide à la décision : quel positionnement choisir fonction de la structure démographique de la clientèle sur la zone de chalandise potentielle. Autrement dit  » A quelle clientèle puis-je prétendre tant en qualité qu’en quantité ? « . Quelle emprise de chiffre d’affaires sera la mienne?

Mais également fonction de la structure concurrentielle : si mes concurrents principaux sont performants sur une offre plutôt qu’une autre (une pharmacie « low cost » et une pharmacie « médicale » spécialisée sur certaines pathologies ou services), quel positionnement me permettra d’émerger, pour quelle chiffre d’affaires sur ces segments (catégorie de produits) ?

En croisant toutes les informations liées aux piliers de l’exploitation (clientèle, concurrence, structure médicale, structure commerciale) avec des outils géo-stratégiques, on peut fournir une image fidèle du potentiel délivré par une typologie d’outil et de positionnement, pour ensuite valider un véritable projet d’exploitation économiquement performant – et parfois même plus ambitieux que celui initialement imaginé…

Les études de marché que nous produisons font l’objet d’une méthodologie éprouvée, elles sont aujourd’hui utilisées par un agenceur national pour leur pré-projet d’officine. Il faut savoir « perdre » un peu de temps en amont de son investissement pour préciser la bonne volumétrie de celui-ci. En effet, un transfert, un ré-agencement, un regroupement recèle parfois un potentiel inexploité…

 

 

Le profil type du pharmacien

Retour sur l’étude démographique de l’ONP de janvier 2018

DE FAÇON GÉNÉRALE

  • Profession plutôt féminine
  • 68 % des nouveaux inscrits ont fait le choix d’exercer dans la région où ils ont achevé leurs études

SECTION A

  • 55 % des titulaires sont des femmes
  • La population chez les titulaires se maintient (-1,1%)
  • La moyenne d’âge des titulaires est de 50,2 ans
  • 250 transferts en 2017
  • La part des pharmaciens titulaires de 55 ans et plus a été multipliée par 1,5 en 10 ans.
  • 1,25 titulaire par officine
  • 3 068 c’est le nombre d’habitants moyen par officine

SECTION D

  • 81 % des adjoints sont des femmes
  • La population chez les adjoints se maintient (+0,8%)
  • La moyenne d’âge des adjoints est de 43,8 ans
  • La répartition des adjoints d’officine de plus de 55 ans est inégale, ont en retrouve d’avantage en proximité d’océan et en région parisienne
  • 1,3 adjoint par officine
  • 60 % des adjoints exercent à temps plein
  • 76 % des officines n’ont qu’un seul titulaire, une constante depuis une dizaine d’années

EN SYNTHÈSE

  •  Le nombre de titulaires ainsi que d’adjoints se maintient, avec respectivement -1,1% et +0,8%, par rapport à l’année passé. L’activité se veut nettement plus féminine, en effet les femmes représentent 55 % des titulaires et 81 % des adjoints en pharmacie.
  • La moyenne d’âge est plus élevée chez les titulaires, 50,2 ans contre 43,8 ans chez les adjoints. Une population vieillissante, car la part des pharmaciens titulaires de plus de 55 ans a été multipliée par 1,5 en dix ans.
  • Les titulaires exerçant seuls représentent 76 % un chiffre régulier depuis une dizaine d’années. À noter quand moyenne, on retrouve 1,25 titulaire et 1,3 adjoint par officines.
  • Une majorité (68 %) des nouveaux inscrits choisissent de travailler dans la région où ils ont achevé leurs études.
  • Enfin, en moyenne, en France, une pharmacie couvre 3 068 habitants.

INTERVIEW : Cédric LEFORT, Président de Pharmaradio

Une nouvelle webradio dédiée aux professionnels de la pharmacie:

Cédric LEFORT, Président de Pharmaradio, nous présente le concept de sa webradio dédiée à la pharmacie, lancée en janvier dernier.

 

  1. Pourquoi la création de Pharmaradio ?

La nécessité des pharmaciens et à ses équipes de s’informer pour exercer leur métier est évidente, mais malheureusement le temps leur manque.

La radio s’avère être le média idéal pour remplir cette mission. En effet c’est le seul media qui permet d’avoir deux activités simultanées : on peut s’informer tout en agençant son officine ou en étant au volant de son véhicule.

 

  1. Quel est le concept de cette radio ?

Pharmaradio est une radio digitale, entièrement gratuite, d’information en continu à l’attention de la communauté des pharmaciens.

La radio est uniquement réservée aux professionnels de la santé, sur inscription gratuite, conformément aux directives de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament).

L’objectif est d’adresser un contenu professionnel et scientifique, avec la convivialité et la spontanéité que seul le media radio peut offrir.

Pharmaradio est très facilement accessible via nos applications mobiles ou notre site internet www.pharmaradio.fr. Tous les contenus sont également disponibles en podcast pour s’adapter aux différentes habitudes des auditeurs.

 

  1. Quelle est la valeur ajoutée de ce service ?

Pharmaradio offre au pharmacien une information quotidienne précise sur son secteur d’activité : la pharmacie.

Elle donne également la possibilité aux pharmaciens de réagir sur des sujets et de poser des questions aux invités présents dans les émissions.

 

  1. Quelles sont vos cibles d’auditeurs ?

Nos auditeurs sont tous les professionnels de la pharmacie au sens large.

Pharmaradio est la radio de tous les pharmaciens : titulaires, adjoints, préparateurs, hospitaliers dans l’industrie pharmaceutique et étudiants. Elle touche également d’autres professions de santé connexes à la pharmacie.

 

  1. Quel avenir pour Pharmaradio ?

Pharmaradio souhaite s’installer durablement dans l’univers de la pharmacie, qui l’a très bien accueillie depuis son lancement.

Toute notre équipe compose un programme qui accompagnera le pharmacien et ses équipes dans son quotidien et dans la transformation de son métier.

Nous souhaitons devenir, à termes, un véritable outil de travail.

 

  1. Quelles sont vos prochaines actualités ?

Pharmaradio sera présente sur les événements de la profession (congrès, salons, Journée de l’Ordre…).

Nous travaillons également à une solution intégrée de sonorisation des officines avec nos partenaires Sonos et Cobra. L’objectif étant de proposer une solution digitale, facile d’installation et très agile dans son utilisation.

Pharmaradio Officine sera un programme radio pensé spécifiquement pour l’accueil de la clientèle des pharmaciens et de l’équipe officinale.